Programmes éducatifs 2021-2022

Dans le cadre du programme européen de relance culturelle et d’accès à la Culture pour tous·tes, et en collaboration avec le Ministère de la Culture et de la Communication au sein de l’action multipartenariale Éducation Artistique et Culturelle (EAC) et le Ministère de l’Éducation nationale, Fræme s’engage en faveur d’une démocratisation culturelle à travers plusieurs programmes pédagogiques et actions éducatives.

Fræme s’inscrit depuis sa création dans une volonté de s’adresser à tous les publics, dans leur diversité et leur richesse, des plus jeunes aux plus agé·es, et de reconnecter l’art et la création contemporaine aux réalités qu’ils/elles connaissent. Nous avons la conviction que l’art et la création offrent d’extraordinaires perspectives sur la société contemporaine!

 

 

 

Jeunes Producteur·rice·s

Initié par la Fondation GIMS et mis en œuvre par Fræme ce programme propose à des lycéen·ne·s de cursus professionnel de prendre part à la réalisation d’une œuvre avec la complicité d’un·e artiste. Croisant leur savoir-faire avec ceux de l’artiste invité·e, le dispositif favorise l’interdisciplinarité et contribue à remobiliser les élèves dans leur scolarité. Ce projet a également pour vocation de sensibiliser les apprenti·e·s aux risques encourus dans leur futur métier. Aujourd’hui, plus de 300 élèves ont bénéficié de ces ateliers!

Plus d’informations

À venir : workshops avec le duo Tina & Charly

Du 22 février au 29 mars 2022 : Lycée professionnel Leau, Marseille Seconde CAP Métiers de l’Entretien des Textiles avec l’artiste Fabienne Guilbert Burgoa

Du 31 janvier au 03 mai 2022 : Lycée des Métiers Brise-Lames, Martigues, dans le cadre du dispositif ULIS avec la chorégraphe Marion Zurbach

Du 12 janvier au 05 avril 2022 : Lycée professionnel Poinso-Chapuis, Marseille CAP Marqueterie avec l’artiste Lucile Gautier

Octobre-novembre 2021 : Lycée professionnel La Viste, Marseille, Terminale CAP Agent de restauration avec l’artiste Rémy Bourakba

 

Avec le soutien de la Fondation GIMS sous l’égide de la Fondation de France, en partenariat avec l’Académie Aix-Marseille

Tina & Charly
Tina Campana (1993, Avignon) et Charly Ferrandes (1992, Cavaillon) vivent à Marseille et développent un travail singulier en binôme depuis 4 ans autour de l’ouverture du langage, de la cartographie mentale, et de la performance en lieux publics. La déambulation et la rencontre sont des éléments essentiels dans leur processus de création. D’une part, l’environnement dans lequel on évolue leur permet de définir le statut politique, sociologique et culturel de leurs œuvres. D’autre part il leur permet d’ancrer leurs créations dans différents niveaux de réalité. Tina et Charly s’intéressent aussi aux questions d’urbanisme, de surveillance globalisée dans l’espace public et créent des liens entre notre génération et celles de demain questionnant les enjeux politiques liés aux nouvelles technologies.

Marion Zurbach
Les Promises est une collaboration artistique réunissant six adolescentes habitant les 15ème et 16ème arrondissements de Marseille, des artistes, travailleurs sociaux et anthropologues. Le projet débute en 2019 et se poursuit jusqu’en 2021 via l’écriture d’un film documentaire qui restitue le travail créatif effectué pendant deux ans. L’œuvre cinématographique Les Promises est écrite à plusieurs mains et pensée comme une fenêtre s’ouvrant sur la vie de ces adolescentes. Le film est construit à partir d’interviews, de scènes dansées et de vidéos réalisées par les adolescentes avec leurs smartphones. Il rassemble un ensemble de personnes, de lieux et d’objets rendus uniques par les émotions et les souvenirs qui leurs sont attachés.

Fabienne Guilbert Burgoa
L’artiste crée un pont entre art contemporain et design textile à travers l’activation ludique de ses pièces. Elle fonde en 2016 le projet Apolatl avec l’appui de la Fondation Alfredo Harp Helú et du Museo Textil de Oaxaca, mêlant design textile, artisanat et art contemporain. En 2018, elle est lauréate du programme de résidence «Création Textile» des Alliances Françaises du Mexique. En 2019, elle remporte l’appel à candidature Versant Sud et réside deux mois à Addis Abeba, Ethiopie, où elle collabore avec des artisanes du village de Kechene. Actuellement résidente aux Ateliers Blancarde au sein de la structure Dos Mares, elle développe son projet PALANGANA.

Lucile Gautier
Dessin / Bande dessinée / Aller·s / Retour·s de l’être aimé·e / Petites bagarres & Grandes discordes / Phoenix de compagnie / Musique de chambre forte / Rituels anti-vampires / Philtre de confort en soi / Feu de joie / Saccages / Paiement après résultats (Cas désespérés pris en charge ) Parce qu’il est souvent difficile de faire des choix, parce que nos idées et opinions évoluent sans cesse et parce qu’un incident est vite arrivé, multiplier les points de vue et les temporalités dans une histoire peut permettre de cerner le chaos dans sa globalité. Lucile Gautier parle avant tout d’amours. Petites et grandes amours, amours parallèles, platoniques, cosmiques, alcooliques, romantiques, problématiques et parfois même toxiques, elle cherche à composer des images et des récits où différentes histoires se croisent, se font échos et se répondent.

Rémy Bourakba
Dans un jeu à la fois complice et critique avec le réel, les performances de Rémy Bourakba soulignent les aspects absurdes et insolites de la représentation. Dans la série des « vidéoké », il s’essaye, en tant qu’amateur, à reproduire les chorégraphies de Anne Teresa de Keersmaeker à la manière d’un karaoké. Dans ses pièces plastiques, il exalte la part légère et récréative de l’art et détourne des sources visuelles de leur sens initial par des atours candides. Formes enfantines, spontanées et radicales, ses œuvres présentent des sujets graves ou spectaculaires comme des représentations comiques et renouent avec le « spectacle cinématographique ».
(Elise Poitevin & Anne Vimeux)

Images crédits : Marion Zurbach, Les promises, film (détail) © Maïa Izzo Foulquier – Lucile Gautier, Cocktail Molotov (détail) – Fabienne Guilbert Burgoa, Sandales à Sandales, Impression 3D en collaboration avec Dan Adeyemi, extrait d’action et installation à la Galerie Art-cade Bains Douches, exposition PALANGANA, Marseille 2021 © Prise de vue par Elsa Stubbé Emotion language outfit – Rémy Bourakba, Karaoké fase (détail), vidéo, 9:11 min, 2020

 

 

 

Tous·tes Producteur·rice·s

Tous·tes Producteur·rice·s est un dispositif né d’une volonté de mobiliser les différent·e·s acteur·trice·s des secteurs culturels et de la Santé, dans un objectif commun de cohésion sociale et territoriale. Un ensemble de workshops encadrés dans deux types de lieux inclusifs permet à des personnes en situation de handicap psychique et d’isolement de renouer un lien social, et favorise par là-même un accès renouvelé à la citoyenneté.

 

 


À Marseille, au sein du GEM (Groupe d’entraide mutuelle du 12ème arrondissement) : 1ère session octobre-décembre 2021 dans le cadre du programme « Ensemble en Provence» avec l’artiste Luce Moreau / 
2 ème session avril-juin 2022 dans le cadre du programme « Culture et Santé, Handicap et Dépendance » (à venir)

Maisons partagées à La Ciotat, Marseille et Aubagne : octobre 2021-juin 2022 dans le cadre du programme « Culture et Santé, Handicap et Dépendance » avec l’artiste Diane Guyot de Saint Michel.

 

Avec le soutien de la DRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Région sud, du Département des Bouches-du-Rhône et de l’ARS (Agence régionale de santé). Dans le cadre des programmes « Culture et Santé, Handicap et Dépendance » et « Ensemble en Provence». En co-production avec l’association SAJ.

 

Anthony Micallef
Photoreporter indépendant basé à Marseille, Anthony Micallef travaille régulièrement avec la presse nationale et internationale. Son approche socio-culturelle vise essentiellement à “raconter de l’intérieur” comme il aime à le dire lui-même l’organisation des communautés. Plus le cliché et l’archétype pesant sur un groupe est fort, plus grand est son désir de le documenter, de confronter l’image au cliché. Dans cette perspective, Anthony Micallef a notamment suivi de jeunes militant·es du Rassemblement National, un sosie d’Elvis, le service des Urgences de Créteil, a documenté le siège des Nations-Unies, la vie des étudiant·es des Beaux-Arts de Paris, celle d’un commissariat de police en région parisienne ou encore au cœur d’un logement précaire à Marseille. Il est représenté pour ses archives par l’agence Haytham Pictures et distribué par l’agence REA.

 

Luce Moreau
Artiste plasticienne, photographe, vidéaste et commissaire, Luce Moreau vit à Marseille. Elle est cofondatrice du collectif OTTO-Prod et assure en duo la direction artistique de l’association M2F Créations | Lab GAMERZ (Aix-en-Provence). Ses recherches la mènent à élaborer des projets à l’Observatoire de Haute Provence – CNRS, îles du Frioul, en Slovénie, Suisse et Colombie auprès d’apiculteurs et méliponiculteurs, au sein d’une entreprise de nano-technologies à Genève ou d’un refuge en haute-montagne. Son travail a été montré au Musée d’Art Contemporain de Marseille, au FRAC PACA, à Sciences Po (Paris), au Musée d’Art et Histoire du Luxembourg, au Musée d’Art Moderne de Maribor (Slovénie). Ses recherches artistiques s’orientent depuis quelques années vers les relations inter-espèces, l’anthropocentrisme et ses conséquences sur l’équilibre des différents cosmos terriens, et interrogent la relation entre la société humaine et les autres organisations vivantes.


Diane Guyot de Saint Michel

Dans l’œuvre de Diane Guyot de Saint Michel, la négociation n’est pas un préambule, elle constitue le centre d’une production qui s’appuie sur la parole. Aussi, dans une part importante de son travail, l’artiste tente-t-elle de convaincre des personnes extérieures au champ de l’art à l’accompagner activement dans la réalisation de ses pièces. Qu’il s’agisse de photographies, d’installations, d’éditions, de vidéos ou de performances, le socle de son travail s’élabore sur le partage du savoir et la co- construction. C’est dans le déplacement et la mise en commun qu’opère l’artiste, se rendant étrangère, comme le sont les personnes qu’elle invite, elle tente de dessiner un territoire d’entente producteur de sens. L’œuvre de Diane Guyot Saint Michel est un positionnement, une parole impliquée, consciente du monde qui l’entoure, et qui se donne à voir des formes pensées et généreuses. (Guillaume Mansart, Documents d’Artistes PACA)

Images crédits : Diane Guyot de Saint Michel, La chasse est ouverte, performance réalisée au sein de l’Hôpital Européen, Marseille, 2018 © Philippe Munda – Luce Moreau, étude préparatoire, projet au sein du GEM autour du tarot de Marseille, 2021

 

 

 

Nouveaux·elles Producteur·rice·s

Nouveaux·elles Producteur·rice·s est un programme conçu par Fræme né de la volonté de la Région Sud et du réseau GRETA-CFA de renforcer l’efficacité des formations professionnelles. Suite à une évaluation des formations et une analyse prospective de l’évolution des métiers, la réseau GRETA-CFA et Fræme s’associent dans l’optique de diversifier et d’augmenter les compétences acquises par un module de formation intégré et adapté axé sur les soft skills.

 

 

Projets 2021-2022 (liste d’artistes en cours de développement) : La maison impossible avec Diane Guyot de Saint Michel.


Nouveaux·elles producteur·rice·s consiste en la mise en œuvre d’un module intégré à la formation de différents corps de métiers du bâtiment prenant la forme d’un workshop de 35h avec un·e artiste par session, dans la perspective d’une exposition-chantier autour d’une maison impossible à la Lady Winchester. Les apprenant·e·s mettront en jeu des compétences d’adaptabilité, d’imagination, de collaboration formant un socle nécessaire à l’épanouissement de soi, comme en collectivité au sein d’une entreprise. Des journées de visites à la découverte de lieux culturels emblématiques de la Région Sud sont également au programme. L’artiste Diane Guyot de Saint Michel coordonnera l’ensemble des modules.

Avec le soutien de la Région Sud, en partenariat avec le réseau GRETA-CFA et la Fondation GIMS


Diane Guyot de Saint Michel

Dans l’œuvre de Diane Guyot de Saint Michel, la négociation n’est pas un préambule, elle constitue le centre d’une production qui s’appuie sur la parole. Aussi, dans une part importante de son travail, l’artiste tente-t-elle de convaincre des personnes extérieures au champ de l’art à l’accompagner activement dans la réalisation de ses pièces. Qu’il s’agisse de photographies, d’installations, d’éditions, de vidéos ou de performances, le socle de son travail s’élabore sur le partage du savoir et la co- construction. C’est dans le déplacement et la mise en commun qu’opère l’artiste, se rendant étrangère, comme le sont les personnes qu’elle invite, elle tente de dessiner un territoire d’entente producteur de sens. L’œuvre de Diane Guyot Saint Michel est un positionnement, une parole impliquée, consciente du monde qui l’entoure, et qui se donne à voir des formes pensées et généreuses. (Guillaume Mansart, Documents d’Artistes PACA)


Chloé Dugit-Gros
Espace BTP – Greta Marseille Méditerranée MIT – Monteur en Installation Thermique
Du 11 au 15 Avril 2022

La pratique multiple de Chloé Dugit-Gros, diplômée des Beaux-arts de Paris, est traversée par des formes élémentaires qui surgissent dans les dessins, se transposent en sculptures, forment des environnements, apparaissent sur écrans. Entre sculpture, installation, et design, Chloé Dugit-Gros interroge la domestication de l’objet, autant par sa mise en contexte que par son processus de fabrication. La ren­contre d’un vocab­u­laire post­mod­erne avec les pré­ceptes de l’abstrac­tion mod­erniste (grille, géométrie de formes, réduc­tion chro­ma­tique) ali­mente dans ses travaux une approche sub­jec­tive dans l’appréhen­sion du réel. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions et résidences telles que : Lafayette Anticipations, Paris (2020), Marcelle Alix, Paris (2020), Confort Moderne, Poitiers (2020), Lieu Commun, Toulouse (2020), Boghossian Foundation – Villa Empain, Bruxelles (2017), Toshiba House, Besançon (2014), La Friche la Belle de Mai, Marseille (2014), Bétonsalon, Paris (2009)


Thierry Lagalla
Lycée Professionnel La Floride Marseille — Métiers de l’Électricité
En cours, jusqu’au 9 mai

« Le réel,c’est quand on se cogne », hé bien, c’est le nez rougi que cet artiste nous adresse son oeuvre. Dans la lignée des maîtres du muet, en Auguste, il continue la préparation de ce nectar claudiquant dont l’absorption transforme tout instant en un instant . Et nous invite à aller voir ce que nous allons voir. Avec son art, qui s’amuse des contraintes et qui tord les contraires, il nous offre un monde poétique, burlesque, graphique, peuplé d’oxymores, d’apories eschatologiques (si si !), de figuration conceptuelle et de tartes à la crème. Maître du Quasi, Thierry Lagalla est l’artiste exactement juste à côté, pas n’importe où.


Stefan Eichhorn
À venir

Né en 1980, à Dresde (Allemagne)Stefan Eichhorn vit et travaille à Marseille. Installé dans la Cité phocéenne depuis le programme de résidence de Fraeme ” La cité des curiosités “, l’artiste allemand interroge les notions de science-fiction et d’utopies futuristes, sur la piste de concepts historiques ou futurs dont la nature se confond parfois entre fiction et réalité. Ses réflexions s’articulent autour de la représentation scientifique et technologique, de leur mythologie et influence spectrale dans l’histoire du développement humain.

Images crédits : Diane Guyot de Saint Michel, Washing Line, série, T-shirt peint (détail), dimensions variables, Supersymetrica, Madrid, 2017

 

 

 

Pour plus d’informations sur les programmes éducatifs et pédagogiques de Fræme, contactez Magali Delrieu : md@fraeme.art

 

 

 

FollowFb.Ins.Tw.
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!