PAR HASARD

Exposition en 2 volets : au Centre de la Vieille Charité et à la Friche Belle de Mai

Vernissage le 17 Octobre 2019


Une proposition de la Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais et Musées de la Ville de Marseille – avec la Friche la Belle de Mai

Centre de la Vieille Charité
Du mardi au dimanche de 9h30 à 18h

Friche la Belle de Mai
Du mercredi au vendredi de 14h à 19h
Samedi et dimanche de 13h à 19h

  Plus d’informations

Du milieu du XIXe siècle jusqu’à nos jours, nombre d’artistes ont confié leur talent au seul hasard. Rencontre fortuite, inattendu, coïncidence, surprise, aléatoire ou inadvertance deviennent alors maître d’œuvre.

Parmi 120 artistes exposés, Par Hasard présente les œuvres inédites de Gillian Brett, Robin Decourcy, Virginie Sanna, Delphine Wibaux et Adrien Vescovi produites par Fræme.

Exhibition in 2 parts in Centre de la Vieille Charité and Friche la Belle de Mai


Suggested by Réunion des Musées Nationaux – Grand Palais et Musées de la Ville de Marseille – with la Friche la Belle de Mai.

Centre de la Vieille Charité
Tuesday to Sunday, 9:30am – 6pm

Friche la Belle de Mai
Wednesday to Friday,  2 – 7pm
Saturday and Sunday, 1 – 7pm

   More information

From the mid-nineteenth century to the present day, many artists have left things to luck : fortuitous encounters, unexpectedeness, coincidence, surprise, random or inadvertence becoming the rules.

Among the works of 120 artists, the exhibition includes new works by Gillian Brett, Robin Decourcy, Virginie Sanna, Delphine Wibaux and Adrien Vescovi, produced by Fræme.

Adrien Vescovi

Paysage
2019
Bocaux en verre, coton naturel, teintures minérales (ocre du Roussillon, du Vaucluse, de Bourgogne, d’Italie et du Maroc)

Land V
2019
Coton naturel, teintures minérales (ocre du Roussillon, du Vaucluse, de Bourgogne, d’Italie et du Maroc et bleu de Prusse)
Œuvre visible à la chapelle de la Vieille Charité

Adrien Vescovi : Rêve de Land II, 2019, 700×1300 cm

Adrien Vescovi cherche à marquer ses œuvres par l’empreinte du temps. Il prépare ses toiles libres dans des bains de teintures naturelles avant de les exposer en extérieur, les soumettant aux conditions climatiques pour obtenir blanchiment, délavage, oxydation, usure ou déchirement.
Réalisé à partir de chutes de tissus cousues Land V témoigne du goût de Vescovi pour le lâcher-prise et la surprise : s’il connaît les différents effets induits par un pigment et un support choisis, la réaction de l’œuvre à son milieu est toujours différente et maîtresse de toute transformation.

Adrien Vescovi marks his works with the imprint of time. He prepares his free canvases in natural dye baths before exposing them to the outdoor weather in order to bleach, wash, oxidise, wear or tear them. Land V are the result of this serendipitous practice and refl ect Vescovi’s interest in surprise and the act of letting go: although he knows how a chosen pigment and medium is going to react, the work always responds differently to its environment, which controls how it is transformed.

Virginie Sanna

Cubes de 10
2015-2019
Plâtre

Virginie Sanna : Cubes 20, 28 Août 2018, 2018, 4 cubes en plâtre de 20 x 20 cm chacun Exposition au Showroom Art-O-Rama 2018, Marseille (photo : Virginie Sanna)

Virginie Sanna explore l’épuisement de l’outil et la potentia­lité de la brisure. Dans un processus répétitif et analytique, elle crée chaque jour un nouveau cube de plâtre à partir d’une même matrice en bois. Chaque nouvelle forme en­registre les traces des précédentes créations ; le cube initial et parfait évolue ainsi au fil de la pratique et le hasard s’ex­prime dans l’inframince. Virginie Sanna abandonne l’achè­vement de l’œuvre aux capacités structurelles du moule : celle-ci sera terminée lorsqu’il se brisera.

Virginie Sanna explores the wearing down of tools and the po­tential for them to break. She creates a new plaster cube every day from the same wooden matrix as part of a repetitive and analytical process. Each new form bears the trace of previous creations; the initial and perfect cube evolves as the process advances and chance is expressed in the infrathin. Her work will be completed by the structural capacities of the mould: it will only be achieved when the mould breaks.

Gillian Brett

1708Fpf
(After Hubble)
2019
Écrans LCD

Gillian Brett utilise des écrans trouvés, obsolètes et brisés, qu’elle transmute d’objets morts en œuvres multiformes. Les messages d’erreurs y côtoient les taches sombres et désastreuses des cristaux liquides qui, libérés par la brisure, se diffusent et font lentement disparaitre la représentation initiale. 1708Fpf (After Hubble), est composé d’une mosaïque d’écrans constituant à chaque fois une nouvelle galaxie imaginaire où les cristaux liquides diffusent leur matière noire inquiétante.

Gillian Brett uses found, obsolete and broken screens and trans­mutes them from defunct abjects into multiform works. Error messages are mixed with dark, harmful spots of liquid crystals which, freed by the breakage, spread and slowly hide the initial representation. Sons titre is composed of a mosaic of screens that switch on and off randomly, each time creating a new ima­ginary galaxy where the liquid crystals spread their disturbing black matter before us.

Delphine Wibaux

Témoin souple, mémoire émergente
2013-2019
Calcaire, pigment

Delphine Wibaux : Déplier le temps d’une chute, été 2019, Porcelaine, pyroxénite, cuivre. (photo : Delphine Wibaux)

« J’ai levé les yeux menton au ciel en traversant plusieurs pays, cherchant des indices pour décrypter ces territoires sous un autre angle. J’ai gardé ces morceaux de ciels décollés de ma mémoire depuis plusieurs années. Au fil des rues, des cours d’immeubles, des routes et des rails, à travers les axes et les interférences urbaines, ces fragments de sol reflètent ce que j’ai intercepté là-haut.
Ces strates de temps vécu déposés sur la roche plus ou moins lisse m’ont amené à développer d’autres intrigues minérales en explorant différentes faces de ces pierres calcaire – contreforme, équi­libre, enveloppe… Un ensemble que je dépose ici, disséminé dans l’espace en écho aux autres œuvres exposées. »
« I’m presenting various mineral works colled Flexible witnesses, emerging memories. I threw back my head and looked up ot the sky as I travelled through country after country, looking for clues to decipher these places from a diffèrent angle. I kept these pieces of sky, separated from my me­mory, for several years. Through streets, post buildings, over roads and rail, across urban routes and interruptions, these fragments of ground reflect what I intercepted above.
Time strata experienced and then deposited on the fairly smooth rock, they led me to develop other mineral intrigues by working on impressions of stones, their weight, balance, strata, envelopes and extraction. This is the group of works I have selected for the By chance collective exhibition, through a set of pieces produced this season, which are scottered through. »

Robin Decourcy

DIFF, performance
2019-2020

Rendez-vous performance les 24, 25 et 26 Octobre, avec Laure Chassier, Virginie Thomas, Gilles Desplanques

Robin Decourcy : Et pour finir le début d’un long été, 2018, performance multimédia, écriture orale d’un roman en direct, Galerie Librairie HO (photo : Lou Montézin)

Robin Decourcy : Et pour finir le début d’un long été, 2018, performance multimédia, écriture orale d’un roman en direct, Galerie Librairie HO (photo : Valérie Horwitz)

« Au même titre que les grandes catégories conceptuelles que l’homme a créé tels que la liberté, le destin, le néant ou même Dieu, le hasard a un effet de fascination linguistique.
Une espèce animale a su penser et formuler de telles abstrac­tions ! Ces mots, leur histoire et leurs défenseurs successifs existent en toute égalité intellectuelle. Des érudits arabes sont parvenus à élaborer cette idée qui peut accueillir les familles du jeu, de la chance, de la surprise, mais donc du choix ou de la contrainte. La performance de fait, en est une héritière directe. DIFF propose de rebattre les cartes, pris dans une étrange contradiction d’époque qui propose comme modèle vital: travailler, vendre, et même se vendre. »

« Like other major conceptual categories invented by humans, such as freedom, destiny, nothingness and even Gad, chance has a fan­tastic linguistic effect.
An animal species has managed to think up and formulate such abstract concepts! These words, their history and their succes­sive defenders are al/ intellectually equa/. Arab schofars managed to develop this idea that con span games, chance and surprise, but a/so therefore choice and restriction. Performance is de facto a direct descendent of this. DIFF reshuffles the decks, caught in a strange contradiction of our time that offers ‘work, self and even self oneself’ as a life mode/. »

FollowFb.Ins.Tw.
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!